L’ALCHIMIE DE L’AMOUR – CHAPITRE I

Si tu me connais un peu, tu sais que le fonctionnement des relations interpersonnelles est un sujet qui me passionne, plus particulièrement quand cela aborde le sentimental. Il y a quelques années j’ai lu, et relu et écouté le livre « L’alchimie de l’amour » de Lisette Thooft. À chaque lecture je reconnaissais des situations vécues, alors que certain chapitre ne m’interpellais pas. Ce qui m’a le plus marqué ce sont les étapes. Chaque étape des relations sentimentales transforment.

Alchimie : 
nom féminin 
latin médiéval alchimia, de l'arabe al-kīmiyā', du grec khumeia, mixtion
Art de purifier l'impur en imitant et en accélérant les opérations de la nature afin de parfaire la matière.
Amour : 
nom masculin
Sentiment vif qui pousse à aimer (qqn), à vouloir du bien, à aider en s'identifiant plus ou moins.
L'amour et l'amitié.
Inclination envers une personne, le plus souvent à caractère passionnel, fondée sur l'instinct sexuel, mais entraînant des comportements variés.

Mais tu dois certainement avoir ta propre définition de l’alchimie de l’amour. Pour moi c’est cette sensation, de bien-être intense de papillon dans le ventre, cet état amoureux, où l’on ne peut plus se passer de l’autre. C’est lorsque réciproquement nos corps et nos cœurs sont attirés l’un vers l’autre. Mais est-ce que cela s’arrête ici ?

À travers cette chronique, « L’alchimie de l’amour », je vais tenter de répondre à cette question, d’en analyser les étapes. Essayer de comprendre où ça coince ! Oui, que l’on soit en couple ou célibataire, il y a une question redondante, pourquoi ? Pourquoi est-il difficile de maintenir une relation dans le temps ? Pourquoi lorsque l’on s’aime si fort, il arrive un moment ou l’on se déchire ?

Lisette Thooft pour nous l’expliquer a choisi 2 représentations. Le dragon, et le robot. Alors, à travers cette chronique, découvrons ensemble si tu es plutôt l’un ou l’autre.

Chapitre I – Tout est une seule chose.

L’alchimie est l’addition d’éléments purs, permettant d’en créer un nouveau.  Lors d’une relation amoureuse, il n’est pas rare de voir, ce même processus alchimique. Notre tentative de ne faire qu’un avec notre partenaire, dans le but de s’élever en tant qu’individu. Parce que le but de l’alchimie a toujours été d’atteindre la perfection, rendre les choses plus précieuses, plus nobles.

1 an coton, 14 ans plomb, 32 ans cuivre, 50 ans Or.

Ainsi les noces de mariage, définissent par leurs appellations à quel point l’union entre 2 personnes devient de plus en plus précieuse.

C’est à travers les épreuves, que la relation se purifie et rend chaque personne meilleure et plus complémentaire. Les meilleurs traits de caractères de l’un, s’installant dans la personnalité de l’autre et vice, versa. 

L’alchimie a été découverte et étudiée, il y a des millénaires et par tous les peuples. Elle a 2 versants, un côté terrestre visible qui est devenu la chimie, et un côté spirituel invisible : l’inexplicable, remplacé de nos jours par la science de la raison.  L’alliage de 2 opposés, comme vouloir réunir le soleil et la lune, le féminin et le masculin, l’ombre et la lumière. 

Nous avons chacun, une part de nous qui domine l’autre. Le Yin, la lune est notre part de féminité : Calme, réfléchie, douce. Symbolisé par le mercure : l’hypothétique il est aussi appelé « dragon »par les alchimistes. Le Yang, le soleil est notre part de masculinité, en alchimie elle est symbolisée par le souffre, substance hautement inflammable et explosive, signifiant en latin par extension le feu et la foudre. Force et dynamisme.

Le yin et le yang ensemble traverse un processus de transformation, pendant lequel leur ancienne apparence meurt pour renaître sous une nouvelle forme, supérieure, plus pure, plus développée. C’est ce qu’il se passe en nous en tant qu’individu lorsque l’on s’éveille et que l’on décide de voir et d’accepter sa part Yin et sa part Yang, et a les faire cohabiter…

La notion de perfection, l’idée que notre partenaire, que nous-même, ou que notre relation puisse être parfaite, ne fait que nous éloigner de la dite perfection. Parce qu’il s’agit ici, avant tout d’acceptation, je dirais même d’évolution, plus qu’hier, moins que demain.

L’amour ne peut grandir que s’il on met de côté son égoïsme… entendons par là son ego qui a tendance à privilégier sa propre existence et son intérêt personnel par rapport aux autres. C’est une considération quasi-exclusive pour sa propre personne… 

En parlant de relation, on en vient forcément à soi, lorsque l’alchimie entre deux personnes est présente, plusieurs sentiments refont surface : l’insécurité, le doute, la peur, la jalousie, le jugement et le mépris.

C’est pourquoi chaque relation à sa raison d’être ! Mais ça nous le verrons dans le second chapitre.

S’abonner pour recevoir, dès sa publication le prochain article de la chronique.

Rejoignez les 272 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :